Football Inside

A propos du film

Synopsis

FOOTBALL INSIDE pénètre au cœur de la culture du football en faisant du vestiaire la scène centrale. En enfilant leur maillot, les professionnels, les femmes, les juniors et les vétérans se glissent dans différents rôles pendant la durée d'un match.

Le film accompagne l'équipe féminine de la Ligue Nationale A du GC Zurich, les professionnels du SC Kriens de la Challenge League, les C-juniors du FC Blue Stars Zurich et l'équipe de vétérans du FC Wettswil-Bonstetten. Ils sont encadrés par des entraîneurs qui ont joué dans les meilleurs clubs européens et savent que le motif central est le plaisir de jouer. Dans le vestiaire, ils transforment des individualistes en une unité performante.

Le maillot de football donne à chacun sa tâche. Les femmes, les hommes et les enfants sont confrontés à la pression du jeu – mais aussi à leur propre peur. Dans le vestiaire, ils font disparaître la routine quotidienne. C'est là qu'ils entrent en contact les uns avec les autres et apprennent que ni l'apparence, ni l'âge, ni l'origine ne sont importants, mais que c'est l'être humain seul qui compte.

Avec

Bettina Brülhart

Bettina Brülhart

GCZ Femmes – Footballeuse

À l'âge de neuf ans, elle a eu le désir de jouer dans un club de football. Cependant, le club de football local de la communauté où Bettina Brülhart vivait n'avait pas d'équipe de filles à l'époque. Elle a donc joué exclusivement avec des garçons jusqu'à l'âge de 13 ans, lorsqu'elle est passée au FC Gossau. À ce moment, elle a finalement été autorisée à jouer dans une équipe de filles. Son talent a rapidement été remarqué et l'invitation à se présenter au GC de Zurich n'a pas tardé à arriver. Dès lors, il était clair pour Bettina que le football allait devenir une partie importante de sa vie. Ses parents ont activement soutenu et encouragé sa carrière sportive. Ils lui ont permis de fréquenter une école de commerce pour sportifs.

Son rêve de combiner le football avec un séjour aux États-Unis s'est réalisé lorsqu'un scout a offert à Bettine une bourse sportive dans une université du Kentucky. Bettina y a joué au football pendant un an et demi, puis elle a été transférée dans une université de Louisiane, où elle a joué dans la première ligue de football américaine tout en étudiant le journalisme.

Bettina, 26 ans, vit à nouveau en Suisse depuis trois ans. Elle travaille comme journaliste pour Blick TV, a fait ses débuts avec l'équipe nationale suisse en été 2019. Elle joue dans la Super League féminine Axa pour l'équipe féminine du Grasshopper Club Zurich.

Bettina décrit la situation actuelle du football féminin en Suisse comme suit : "En Suisse, presque toutes les joueuses sont des amateurs. La plupart d'entre eux travaillent ou étudient toute la journée et s'entraînent le soir. Avec si peu de séances d'entraînement et sans temps de régénération, les femmes ne peuvent tout simplement pas être mieux". Après sa carrière de footballeuse, Bettina aimerait travailler pour la promotion et à la professionnalisation du football féminin suisse.

Walter Grüter

Walter Grüter

GCZ Femmes – Entraîneur

Il n'y a aucun doute que le point culminant de ses trente ans de carrière en tant qu'entraîneur a été son passage au Grasshopper Club de Zurich dans les années 1990. "Ces gars étaient phénoménaux. Cette équipe, dirigée par Ottmar Hitzfeld, a donné le meilleur de ce que le football en Suisse avait à offrir à l'époque en termes de jeu". Alain Sutter, Marcel Koller, Thomas Bickel, Urs Meier et bien d'autres sont devenus grands à cette époque. L'alchimie était également bonne sur le plan personnel. C'est pourquoi Walter Grüter est encore aujourd'hui convaincu que la seule chose qui compte dans le football, ce sont les gens : "J'ai fait beaucoup d'expériences dans le football professionnel au niveau national et international, et avec le temps, une chose m'est apparue clairement : J'ai appris dans le football, que ni l'apparence ni l'âge, ni l'origine ne sont importants. Seul la personne compte."

Dans le football féminin, Walter n'a pas encore eu l'impression d'être arrivé. Il n'entraîne l'équipe féminine du Grasshopper Club de Zurich que depuis un an et, à son avis, il est encore en plein apprentissage. Les femmes ont une façon très différente de s'occuper les unes des autres. La façon dont elles communiquent entre eux et avec leur entraîneur est également très différente de celle de leurs homologues masculins.

Ce que Walter Grüter sait déjà avec certitude, c'est que "les femmes sont toutes des amateurs, mais elles vivent le football avec leur cœur et leur âme. Et elles veulent constamment apprendre quelque chose de nouveau. Cette attitude est aujourd'hui moins fort chez de nombreux footballeurs professionnels masculins.

Lorenzo Sorg

Lorenzo Sorg

FC Blue Stars – Joueur

Enfant, il voulait devenir cascadeur. Il pourrait aussi s'imaginer être pilote ou banquier. Pendant son temps libre, Lollo a également tendance à pratiquer des activités plus passionnantes : sauts périlleux depuis la planche de 10 mètres, escalade libre ou trucs dangereux avec le snowboard. "J'aime la montée d'adrénaline. Des activités comme jouer aux échecs où l'on reste assis tout le temps ne vont pas du tout".

Lollo fréquente la troisième classe à l'école secondaire à Zurich. Il se prépare pour l'examen de fin d'études secondaires. S'il ne réussit pas, il devra trouver une place d'apprentissage adaptée. Il n'est pas encore sûr à 100% de la direction qu'il veut prendre. Il est doué pour les chiffres, l'école commerciale pourrait être une option, même s'il n'a pas forcément envie d'être collé à l'ordinateur tout le temps. "Ce qui est bien avec le football, c'est que lorsque je joue, j'oublie le stress de l'école et la pression des candidatures d'emploi". En cela, il partage les mêmes soucis que ses coéquipiers du Blue Stars.

Lollo est conscient qu'il ne peut pas devenir un joueur professionnel. En Suisse, seul un enfant sur 800 fait ce pas. Il faudrait qu'il soit depuis longtemps dans la sélection M14 d'un grand club pour avoir une chance de devenir professionnel. Lollo a dû renoncer à son rêve de faire une carrière de footballeur. Et même si un miracle devait se produire, Lollo resterait pragmatique. Il sait exactement où se situent ses priorités : "Si j'étais dans la file d'attente pour une finale de la Ligue des champions et que ma grand–mère était à l'hôpital, je voudrais m'asseoir à côté de ma grand-mère. Le football est important pour moi, mais la famille et l'école passent avant tout".

Federico D'Aloia

Federico D'Aloia

FC Blue Stars – Entraîneur

Il a passé deux ans de son enfance dans un pensionnat au sud de l'Italie tandis que ses parents, qui avaient immigré en Suisse, travaillaient à Glaris. C'est à l'age de huit ans seulement qu'il est vient en Suisse chez sa famille. "Je voulais toujours jouer au football quand j'étais enfant. C'était le sport le moins cher. On pouvait jouer n'importe quand, n'importe où. C'était distrayant".

Dans les yeux de ses juniors, il reconnaît l'étincelle qu'il avait lui-même quand ses entraîneurs lui expliquaient ou lui montraient quelque chose. C'est dans ces mêmes regards affamés et curieux qu'il reconnaît l'attrait de son travail d'entraîneur. Au cours de ses 20 ans de carrière en tant que coach professionnel, où il a encadré tous genre, des professionnels aux enfants de cinq ans, il a toujours eu un seul objectif en tête : Rendre ses joueurs meilleurs, leur apprendre l'indépendance et la responsabilité personnelle. Les résultats sportifs sont importants, mais finalement secondaires.

Le fait que son équipe des juniors C, composée de 20 personnes, comprenne également son fils Lollo ne facilite pas son travail avec les adolescents : "Quoi que vous fassiez, c'est faux. Peut-être que mon fils espère plus de reconnaissance et que je ne lui en donne pas assez".

Avec sa manière toujours bienveillante mais aussi stricte, Federico suit une maxime incorruptible en tant qu'entraîneur : "Les sympathies sont clairement là. Il y a beaucoup d'humanité dans les rapports avec les joueurs. Mais seuls ceux qui me convainquent en tant que joueur font partie des onze qui commençent le match".

Marco Aeberli

Marco Aeberli

FC Wettswil Bonstetten – Joueur

Depuis 1998, il travaille comme officier de police pour la police de la ville de Zurich. À la police des mœurs il résoue des crimes sexuels, principalement dans le quartier chaud de Zurich. Il a presque réussi que sa grande passion, le football, devienne son métier. À 18 ans, il est entré dans l'équipe nationale des M18, où il a joué avec les grands noms du football de l'époque, tels que Johann Vogel et Raphael Wicky. Mais sa nervosité de base, qu'il ressent encore aujourd'hui lorsqu'il joue avec les vétérans, l'a souvent freiné dans le passé : "J'avais peur de faire des erreurs stupides en tant que gardien de but, ce qui pourraient éventuellement conduire à la défaite de mon équipe". Ce sentiment l'a tellement ralenti qu'il n'a finalement pas pu entamer une carrière professionnelle.

Ses deux enfants sont en pleine adolescence. Tous deux font du sport, le plus jeune est également gardien de but. Marco essaie de leur apprendre que l'esprit d'équipe est la chose la plus importante dans le sport. Parfois, se sacrifier pour ses coéquipiers tout en mettant son ego de côté est essentiel. Mais le fossé entre les générations est palpable lorsqu'il entend ses garçons dire que les temps ont changé et que sa génération est loin de celle de ses fils.

Peter Furrer

Peter Furrer

FC Wettswil Bonstetten – Entraîneur

Depuis longtemps, il veut abandonner son poste d'entraîneur de l'équipe des vétérans du FC Wettswil Bonstetten. Et pourtant, à la fin de la saison, il accepte toujours de rester une année de plus – et ce depuis 14 ans. Lorsqu'on lui demande pourquoi, il répond : "Premièrement, personne ne se porte volontaire pour ce poste plutôt fastidieux et deuxièmement, j'aime beaucoup participer à la vie du club. Je fais partie du club depuis sa création il y a 40 ans. J'ai des amis ici depuis de nombreuses années".

Jusqu'à l'âge de 11 ans, Peter Furrer qui 55 ans maintenant, a vécu dans la ville de Zurich. Il a passé ses premières années de footballeur avec le FC Blue Stars, qui à l'époque partageait encore le centre d'entraînement de Letzigrund avec le FCZ. Peter se souvient bien des années 1970, quand il connaissait tous les recoins du Letzigrund. Avec ses amis, il a franchi les murs et les clôtures du stade ou s'est glissé dans des trous cachés pour regarder ses idoles du FC Zurich. Parfois, ils ont été surpris dans leurs aventures. Il pourrait bien arriver que des grands noms comme Karl Grob ou Köbi Kuhn se trouvaient soudain devant eux. "C'était des expériences formatrices de football que l'on n'oublie jamais, qui ont allumé une flamme qui ne s'éteint jamais", dit Peter avec un brin de nostalgie.

Marco Wiget

Marco Wiget

SC Kriens – Joueur

Le football a été une partie essentielle de sa vie depuis sa petite enfance. À l'âge de dix ans, lorsqu'il jouait pour son club d'origine, le FC Brunnen (SZ), il était déjà considéré comme un jeune talent. Le FC Lucerne l'a remarqué et l'a fait entrer dans le club. Bientôt, un va-et-vient quotidien et sans fin entre l'école, le football et la maison a commencé. Son père et son grand-père se sont mis à disposition comme chauffeurs et ont parcouru d'innombrables kilomètres avec Marco pendant des années. Ils étaient ses plus grands fans et supporters. Marco a accepté les difficultés lié à son engagement. "J'avais un rêve et c'était de devenir footballeur. Tout le reste était secondaire".

Marco est un homme de famille. Il entretient des contacts étroits avec sa famille et sa petite amie. Comme pour tout semi-professionnel, il n'a pas toujours été facile pour lui de concilier famille, éducation et football. Au cours des sept dernières années, il a cependant réussi à mener une vie de footballeur semi-professionnel au SC Kriens tout en terminant ses études d'allemand et de sciences du sport. Il s'entraînait cinq fois par semaine le soir et jouait un match de championnat chaque week-end, ce qui lui prenait chaque samedi ou dimanche.

Marco a mis fin à sa longue carrière de footballeur semi-professionnel en août 2020. Il joue maintenant en 2ème division interrégionale avec le FC Brunnen (SZ). Il est pour ainsi dire rentré chez lui.

Marco veut se concentrer sur sa carrière professionnelle à l'avenir. En plus de son travail de professeur au collège, il veut prendre pied dans la gestion et le marketing du sport. Le SC Kriens lui en offre l'occasion. Dans le département junior ainsi que dans les ventes et le marketing, il peut combiner son savoir-faire professionnel avec sa passion pour le football.

Marco s'est toujours senti à l'aise dans son équipe. "Les coéquipiers me connaissent à fond. Ils me voient plus souvent que beaucoup d'amis. Et ils remarquent immédiatement si je suis de bonne humeur ou non". C'est essentiel pour le football. Parler ouvertement les uns avec les autres, aborder les peurs et les insécurités, et pouvoir compter les uns sur les autres sont des choses qui doivent se produire dans l'entraînement et surtout dans les vestiaires. Cela a un effet positif sur la performance lors du jeu.

Osciller entre les différents rôles que Marco incarne dans sa vie – que ce soit comme ami, professeur, fils ou coéquipier – est un exercice d'équilibre constant qu'il ne peut pas toujours contrôler. "Après certains matchs, souvent après des défaites, il arrive que ma copine me demande encore des jours plus tard si je peux enfin revenir à la réalité."

Bruno Berner

Bruno Berner

SC Kriens – Entraîneur

Il a presque dû renoncer à jouer au football à l'âge de 16 ans à cause d'une grave blessure à la hanche. À ce moment, le Grasshopper Club de Zurich lui avait proposé un contrat professionnel. Contrairement à l'avis des médecins, Bruno Berner s'est accroché à son rêve d'enfant de devenir un jour footballeur professionnel. Il a continué à s'entraîner, a renforcé ses muscles, a effectué un apprentissage commercial et trois ans plus tard, il s'est présenté à nouveau au président de Grasshoppers de l'époque. Une carrière de footballeur extraordinaire pouvait ainsi commencer. Après GC, il a rapidement fait le saut à la Bundesliga. Il a ensuite passé quelques années au FC Bâle, jusqu'à ce qu'il a pu couronner sa carrière avec des contrats dans la Premier League anglaise, où il a joué pour les Blackburn Rovers et plus tard pour Leicester City.

Après sa carrière de footballeur, Bruno a décidé de s'essayer à l'entraînement. À partir de 2007, il a suivi une formation d'entraîneur et quelques années plus tard seulement, il a obtenu son diplôme A. Il avait changé de camp : "Tous les yeux sont tournés vers vous. Tant que les choses vont bien, tout va bien. Dès que le succès n'est pas au rendez-vous, on vous interroge. Vous vous sentez seul, il n'y a personne pour vous assister comme je le fais avec mes joueurs".

Bruno Berner est l'entraîneur de l'équipe de Challenge League du SC Kriens depuis trois ans. Il souligne toujours qu'il ne pourrait jamais gérer son travail de coach sans l'amour, l'énergie et la proximité de ses trois épouses, c'est-à-dire sa femme et ses deux filles.

Réalisation

Réalisation

Michele Cirigliano est né à Zurich en 1976. Il travaille comme enseignant d'école secondaire à Zurich depuis 2002. De 2012 à 2014, il a étudié le "Film documentaire de réalisation" à l'Université des Arts de Zurich ZHdK. Dans les années précédentes, il a obtenu une licence en ethnologie et en études cinématographiques à l'Université de Zurich.

Ses deux premiers films ("Quando si uccideva il maiale, 2011" et "Padrone e Sotto") se déroulent à Tricarico, dans la région de la Basilicata, au sud de l'Italie, d'où viennent ses parents qui ont émigré en Suisse dans les années 1960.

Les deux films s'intéressent de près aux agriculteurs et aux chasseurs locaux, dont les rituels sont en partie basés sur des règles de coexistence presque archaïques. Dans son film actuel, "Football Inside, 2020", Michele Cirigliano explore les secrets du vestiaire. Avec une grande sensibilité, il trouve l'accès à ce lieu intime par le biais de quatre équipes de football. Ainsi il présente le football sous un angle nouveau et surprenant.

Dans ses films, Michele Cirigliano aime observer les petits phénomènes de l'activité humaine. Par son regard, il tente de rendre visibles des concepts tels que les modèles de rôle, les hiérarchies, la marginalité et la relation entre l'individu et le collectif, permettant ainsi d'étudier de contextes plus larges et plus globaux.

Générique

Avec

GCZ Frauen

SC Kriens

FC Blue Stars

FC Wettswil Bonstetten

Et la participation de

Marco Aeberli, Bruno Berner, Bettina Brülhart, Federico D'Aloia, Peter Furrer, Walter Grüter, Lorenzo Sorg, Marco Wiget

Scénario et réalisation

Michele Cirigliano

Caméra

Jonas Jäggy

Felix von Muralt

Son

Jean-Michel Thomet

Jean-Pierre Gerth

Montage

Anja Bombelli

Musique

Jean-Michel Thomet

Aaron von Schroeder

Tim Kleinert

Sound Design

Daniel Almada

Mixage

Daniel Almada

Dominik Avenwedde

Producteur

Hercli Bundi

Associate producer

Vadim Jendreyko

Susanne Guggenberger

Direction de production

Fabienne Spiller

Pascal Moor

Online/DCP

Postino Post Production

Color Grading

Hannes Rüttimann

Graphiques des titres

Fabian Kaiser

Assistants montage

Elias Jutzet

Carmen Walker

Stagiaire

Alexander Streb

Soustitres

Eliane Journoud

Victor Journoud

Nicole Tejada

Une Coproduction de

Mira Film Basel

SRF Schweizer Radio und Fernsehen

Rédaction SRF

Urs Augstburger

Avec le support financier de

Fachausschuss Film und Medienkunst BS/BL

Kulturfonds Suissimage

Migros Kulturprozent

Ernst Göhner Stiftung

Succès Passage Antenne

Banca Popolare di Sondrio

Fiche technique

Résolution

4K

Format

DCP

Durée

82min

Rapport d'aspect

16:9

Couleur

Oui

Année

2021

Langue originale

Suisse Allemand

Sous-titres

Allemand, Anglais, Français

Pays

Schweiz

ISAN

ISAN 0000-0005-7040-0000-Q-0000-0000-X